english Articles-chinese Articles-Français
banner

Sipay Sopahin - Une vie sculptee dans le bois

Sipay Sopahin

Voilà plus de 20 ans que Sipay Sopahin manie le “siou” et le “oine” plus clairement, la machette et le burin miniatures, avec le même contentement. Un savoir-faire qu’elle a acquis grâce à sa soeur aînée, experte dans la sculpture sur bois. Toute jeune, elle va d’abord s’entraîner de longs mois, avant d’intégrer l’entreprise de fabrication de meubles Suddaluck, à Borsang, où elle officie encore aujourd’hui.
Depuis deux semaines, Sipay et sa partenaire travaillent côte à côte sur la frise à fleurs de cette magnifique table. Les gestes sont précis et ne supportent aucun dérapage. Les tiges et les pétales se suivent et s’enchevêtrent selon un contour préalablement dessiné au crayon à papier. Sipay aime tout particulièrement sculpter des fleurs. Dans la “vraie” vie, les roses ont sa préférence. Et son jardin embaume le jasmin. Armée d’un petit plumeau, en fibres de noix de coco, elle va dégager la sciure des interstices du bois. Le geste n’a rien de mécanique, au contraire, Sipay prend son temps. Elle caresse le meuble, le regarde, frappe, ponce, époussette. Elle en a déjà sculpté des centaines de tables, des têtes de lits et d’armoires pour le compte de Sudaluck, essentiellement pour répondre à des commandes ou pour le show room qui reçoit chaque jour des dizaines de visiteurs. Sipay aime ce défilé de “curieux” qui la regarde travailler en silence, mais
par-dessous tout elle affectionne l’ambiance de travail. Un mélange de complicité et de solidarité, tissé au fils des années. On peut voir à ses pieds un certain nombre d’outils qu’elle a acheté. Ici, l’ouvrier vient avec son matériel. Et chacun y accorde une attention toute particulière. C’est l’ancienne école ou plus exactement l’absence d’école et là est le fonds du problème. Ni Chambre des métiers, ni école de formation, pour enseigner cet art aux jeunes générations. Résultat, ce savoir-faire, et bien d’autres se perdent avec les générations. A Suddaluck, la moyenne d’âge des employées est de plus en plus élevée, sans espoir de renouvellement. Bien finie l’époque où comme Sipay, les jeunes s’enrichissaient des techniques de leurs ainés. Aujourd’hui, les étudiants suivent des cours plus théoriques, sur les matières fondamentales au risque de voir ces métiers traditionnels disparaître.

Une vie simple.
A la question de savoir si elle n’aimerait pas exercer d’autres fonctions dans l’entreprise, Sipay lève la tête surprise, comme si une telle question était saugrenue. Bien sûr que non ! Elle fait ce qu’elle sait faire. Elle maîtrise la technique, elle connaît chaque dessin et ne désire surtout pas bouleverser le rythme de sa vie. Un long fleuve tranquille pense-t-on inévitablement en regardant travailler Sipay : cheveux court, uniforme de l’entreprise porté avec fierté, pieds nus, mains musclées, absence de maquillage et de bijoux, juste un sourire tranquille et timide. A 50 ans, sa vie est orchestrée comme “du papier à musique”. Sipay est originaire d’un petit village à une vingtaine de kilomètres de son lieu de travail. Elle vit toujours dans la maison familiale avec son frère et son père. Chaque matin, elle arrive un peu avant 8h et quitte invariablement l’entreprise à 17h. Elle ne fait généralement pas d’heures supplémentaires et travaille en alternance le week-end. Sur le chemin du retour, elle s’arrête invariablement au marché et rentre pour préparer le dîner. Son plaisir : rester à la maison. Naturellement, elle a aussi quelques amies dans son village. La plupart sont sculptrices comme elle, dans d’autres compagnies de Borsang, le poumon économique et social de ce territoire. Quand à l’idée de prendre sa retraite, elle répond amusée : “tant que mon employeur voudra de moi, je resterai”. “Peut-être, conclut-elle timidement, que tout aurait été différent, si j’avais fait des études”. Une réflexion prononcée sans regret ni amertume, comme si finalement tout était très bien ainsi.

Vous pouvez rencontrer Sipay Sopahin chaque jour, dans le centre de fabrication de meubles de Sudaluck. 99/9 Chiang Mai - Sankampaeng road, Chiang Mai.

SUDALUCK
99/9 Chiang Mai-Sankampaeng Road. Chiang Mai.
Tel : 053-338 006-11

Related Articles
PHOTOGRAPHIE
UNE PASSION
MAIIAM
Un musée d’art contemporain à Chiang Mai
Dr. Sheng Zhong Wang
Le docteur faiseur de bien-être
PEUPLES DU NORD
Une expo-photo par Angela-Michel
TOP5
HOTELS
CUSTOMIZED SERVICES
U Chiang Mai
CHIC STAY
At Rachamankha Hotel
CASCADE RESORT
Sukantara Resort
RUSTIC AND CHIC
Raya Heritage
DOWNTOWN JEWEL
Yaang Come Village
SPAS
FOR MEN & WOMEN
The Miracle Spa
BAMBOO THERAPY
Raya Heritage
ENJOY EVERY MINUTES
At Fah Lanna Spa
Service Spa
Kiyora Spa
EAT
SPECIAL CAKES
by Saruda
COFFEE & MORE
Fahtara Coffee
LOBSTER & CRAB
Buffet at Shangri-La Chiang Mai
ELEGANCE
The Consul’s Garden
THE DUKE'S
The Duke's
SHOPS
SHOPPING & DINING
at Kad Luang Airport
PRECIOUS COLLECTION
by Oriental Artifacts
SILVER IN CHIANG MAI
By P.Collection
HEALTHY HONEY
From Fora Bee
PLAY
RUSHING WATERS
Siam River Adventures
NATURAL INDIGO
By Studio Naenna
FUN & NATURE
Flying Squirrels
GENTLE GIANTS
Elephant Nature Park
Fun for the whole family
Poo Poo Paper Park